Docteur Valérie Thirion
Médecine esthétique - Lasers médicaux

Au niveau du visage

Traitement des rides d’expression du visage avec la toxine botulique

La première consultation est importante car elle me permet de vous informer le plus complètement possible, de vous examiner avec soin, de prendre connaissance de vos antécédents médicaux et d’obtenir votre consentement afin de réaliser les soins.

Un devis vous est systématiquement remis. Des photos peuvent également être prises avec votre accord.

Les indications

Dans le traitement des rides d’expression, les meilleures indications concernent la partie supérieure du visage.

JPEG

Les rides du lion dites également de la glabelle (froncement inter-sourcilier responsable de rides verticales) Les rides du front (horizontales, produites par le muscle frontal) et de celles de la patte d’oie (au coin des yeux, provoquées par le muscle orbiculaire) constituent d’excellentes indications de traitement.

JPEG - 413.8 ko

D’autres rides comme celles du nez (rides des faces latérales du nez dites du lapin), du menton (liées à la contraction des muscles de la houppe du menton) sont traitables sans difficulté. Le pli d’amertume (sillon labio-mentonier généré par la contraction du muscle dépresseur de l’angle de la bouche) est également possible à traiter.

Il faut noter d’autres indications de traitement possibles mais plus délicates à gérer comme :

Les rides du cou (cordes plathysmales) pour lesquelles le traitement peut entraîner des troubles de la déglutition.
Les rides verticales de la lèvre supérieure (provoquées par le muscle orbiculaire des lèvres) donnent de bons résultats mais présentent l’inconvénient de concerner une région qui est celle de la parole, le traitement pouvant provoquer une gêne transitoire de la prononciation.

La toxine botulique permet également dans certains cas de remonter le coin de la bouche, d’adoucir le relief du menton ou de réduire sensiblement un sourire gingival. Ces dernières indications particulièrement délicates à traiter doivent être impérativement prises en charge par un médecin expérimenté.

Il faut rappeler qu’en France, en dehors de la région glabellaire, ces injections sont réalisées hors des indications thérapeutiques prévues par l’AMM (autorisation de mise sur le marché).

Les contre-indications

Le traitement par la toxine botulique est contre-indiqué chez les patients présentant une myasthénie (maladie musculaire), chez la femme enceinte ou allaitant, chez les patients présentant un antécédent de dysphagie, de fausse route ou de pneumopathie d’inhalation.

Il faut éviter le traitement lors de la prise de certains antibiotiques comme les aminosides et tétracyclines et prendre des précautions lors de la prise d’aspirine ou anti-inflammatoires que l’on stoppera quelques jours avant les injections pour limiter le risque d’ecchymoses.

Les injections de toxine botulique

JPEG - 1.9 Mo

Tout « l’art » de ce traitement consiste à affaiblir certains muscles de la zone visée pour limiter leurs contractions et donc les rides cutanées en regard. Il existe un jeu de balance subtil entre les muscles faciaux qui pour certains sont abaisseurs et d’autres élévateurs.

Notre objectif n’est pas de figer totalement la zone traitée mais de lui donner un aspect plus reposé et cela nécessite donc de laisser certains muscles s’exprimer. De solides connaissances anatomiques s’imposent donc afin de déposer la toxine aux points les plus appropriés.

Je prépare la toxine (conservée au frais) qui se présente sous la forme d’une poudre blanchâtre contenue dans un flacon, en la diluant avec du sérum physiologique stérile. La dilution du produit est une étape importante qui déterminera la puissance des points d’injections et leur diffusion dans les tissus.

PNG

Des repères au crayon dermique sont pratiqués sur la peau afin d’identifier les points d’injections. Je vous demande pour cela de mobiliser par la mimique les muscles de la région que l’on souhaite traiter.

De petites quantités de produit sont ensuite injectées avec une aiguille très fine. Ces doses sont fonction de la puissance du muscle visé mais également de l’objectif souhaité.

PNG

Des précautions sont à prendre après les injections. En effet, il faut éviter de masser les zones injectées, de pencher la tête vers le bas et de s’allonger durant quelques heures. Le visage peut être mobilisé normalement. Après la séance, je recommande d’éviter l’alcool et le massage du cuir chevelu.

Les effets de la toxine apparaîssent dès le deuxième jour après les injections pour croître et atteindre leur maximum après dix jours, pour disparaitre ensuite progressivement au bout de quatre mois. Certains patients décrivent une installation plus rapide, dès le deuxième jour des injections. Dans de rares cas jugés utiles, une injection de correction est possible après dix jours.

l faut noter qu’une fois le traitement en place, il peut persister de petites lignes de fractures superficielles sur la peau que la toxine ne traitera pas. Pour cette raison, il est parfois utile de débuter ce traitement avant leur apparition ce qui aura pour effet de retarder considérablement leur installation.

La durée d’efficacité des injections de toxine botulique est d’environ 4 mois, parfois plus chez certains patients qui ont déjà subi plusieurs séances consécutives.

Il est recommandé d’espacer les séances de plus de quatre mois afin d’éviter « l’effet vaccin » qui n’est autre que le développement d’une résistance au produit.

Les effets secondaires

Des effets indésirables secondaires au traitement peuvent être observés dans les premiers jours suivant les injections de toxine botulique. Ils sont réversibles et le plus souvent modérés.

On peut observer : une ecchymose au point d’injection ou une rougeur, un léger œdème fugace, une sensation de brûlure, un mal de tête, ou une sensation de lourdeur des sourcils qui persistera 2 à 3 semaines.
Très rarement, lorsque la toxine diffuse dans le muscle releveur de la paupière, le patient peut présenter une paupière supérieure tombante, on appelle cela un ptôsis.
Si les muscles moteurs oculo-moteurs sont touchés, des troubles temporaires de la vue peuvent apparaître. Ces accidents extrêmement rares sont totalement réversibles.

Les traitements associés

Le traitement par la toxine botulique peut être combiné avec succès à d’autres techniques de rajeunissement comme les injections de produits de comblement du visage, un peeling, un soin laser ou la radiofréquence permettant un résultat optimal. Nous établissons ensemble dans ce cas un protocole de soin organisant le déroulement des différents soins.

Le coût de la séance

Les honoraires sont fonction du nombre de zones anatomiques traitées. Ils sont compris entre 250 et 450 euro. Il est parfois nécessaire, huit jours après les injections, de réaliser une légère correction du résultat nécessitant d’injecter quelques unités de toxine botulique. ce traitement complémentaire ne fait pas l’objet d’honoraires.


Dernière date de mise à jour de la page le 13/10/2015

aslms
Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
( Vérifiez ici ).
 

Docteur Valérie Thirion

1, rue de Chazelles 75017 Paris
Tél. : 01 42 66 23 75 – E-mail : contact@dr-valerie-thirion.fr

Prendre rendez-vous en ligneDoctolib